Rentrée étudiante : Sylvie Retailleau détaille "les mesures d'urgence"

Home \ Actualité de l'immobilier \ Rentrée étudiante : Sylvie Retailleau détaille « les mesures d’urgence »
, Rentrée étudiante : Sylvie Retailleau détaille « les mesures d’urgence »


Lors de sa première conférence de presse de rentrée, la ministre Sylvie Retailleau a listé les grandes mesures d’urgence prises en faveur du pouvoir d’achat des étudiants « dans un contexte d’inflation » : gel des frais d’inscription à l’université et des loyers en résidence étudiante, schémas territoriaux de la vie étudiante pour juin 2023, maintien du repas à 1 euro pour les plus précaires, etc. Elle a également fait le point sur les Campus connectés et annoncé une nouvelle plateforme pour l’affectation des étudiants en master. 

La ministre de l’Enseignement supérieur, Sylvie Retailleau, a annoncé jeudi 15 septembre 2022 l’ouverture en 2023 d’une nouvelle plateforme sur internet qui doit faciliter l’affectation des étudiants en master avec pour objectif de résorber les tensions entre offre et demande à l’université. « Nous n’avons à ce jour aucune cartographie nationale des places disponibles en master par rapport à la demande des étudiants. Nous allons donc l’élaborer », a assuré la ministre dans une interview donnée au journal Le Monde. Le même jour lors de sa première conférence de presse de rentrée, elle a précisé que cette plateforme, qui n’a pas encore de nom, « ouvrira en février 2023 ». Elle « permettra une optimisation de l’attribution des places en master, avant les congés d’été, et son rôle consistera seulement à recenser les places laissées vacantes », a poursuivi la ministre. « Les candidatures ne seront pas hiérarchisées, de façon à ce que les étudiants soient au centre de la procédure, ne s’autocensurent pas et gardent la main tout au long de ce processus d’admission », a détaillé Sylvie Retailleau. Depuis plusieurs années, des centaines d’étudiants ayant validé leurs trois années de licence ne trouvent aucune faculté pour les accueillir afin d’achever leur cursus universitaire.

Gel des frais d’inscription à l’université et des loyers en résidence étudiante

Dans un contexte d’inflation, les droits d’inscription à l’université pour la rentrée 2022-2023 sont gelés pour la quatrième année consécutive. « Les droits d’inscription s’élèvent à 170 euros pour la licence, 243 euros pour le master et 380 euros pour le doctorat. C’est l’État qui compense, auprès des établissements d’enseignement supérieur, le reste du coût réel de la scolarité des étudiants pour les diplômes nationaux », est-il détaillé dans le dossier de presse.
Alors que la réglementation prévoit que soit appliqué un indice de revalorisation des loyers, eu égard au contexte exceptionnel d’inflation, les loyers sont gelés pour l’année universitaire 2022-2023 dans la totalité du parc des résidences Crous. « C’est d’autant plus exceptionnel que les tarifs pratiqués par les Crous sont les plus bas du logement dédié aux étudiants », souligne Sylvie Retailleau. En moyenne, une fois les aides au logement déduites, une chambre Crous revient à un étudiant à 100 euros par mois, un studio de 18 m² entièrement équipé entre 150 et 200 euros par mois. Les Crous, avec 175.000 logements, représentent la moitié des résidences existantes dédiées aux étudiants.

Des schémas territoriaux de la vie étudiante pour juin 2023

En octobre, comme l’a déjà annoncé Sylvie Retailleau, se tiendront aussi des concertations territoriales, qui ont vocation à se pencher sur les autres thématiques de la vie étudiante : santé, culture, sport, inclusion, engagements étudiants. « Je suis consciente de l’hétérogénéité des territoires et des lieux d’études. C’est pourquoi l’échelle territoriale est la plus indiquée dans la définition de la politique de vie étudiante », justifie-t-elle. Sous l’égide de rectorats, ces échanges territoriaux porteront aussi sur la formation, l’orientation et l’insertion. Ils devront permettre de « créer des synergies » et « d’échanger des bonnes pratiques ». Ils seront aussi « l’occasion de se questionner sur l’avenir de nos étudiants et de définir les contours de leurs attentes », et de se demander ‘pourquoi l’on vient étudier à l’université' », déclare Sylvie Retailleau.

Ces échanges territoriaux doivent déboucher sur un point d’étape au premier trimestre 2023 et, enfin, sur l’élaboration de schémas directeurs territoriaux de la vie étudiante par région académique en juin 2023. Il faudra ensuite les « décliner en schémas directeurs de la vie étudiante dans les établissements », complète Sylvie Retailleau.

Développement du parc de logements étudiants

« Pour un étudiant, le logement est une préoccupation majeure, et le poste de dépense le plus important », est-il rappelé dans le dossier de presse. Si un tiers des étudiants vivent chez leurs parents (33%), nombre d’entre eux se trouvent en location dans le parc privé (24%), en colocation ou en sous-location (12%) et 13% des étudiants peuvent aujourd’hui bénéficier de logements spécifiquement dédiés (résidences Crous, résidences HLM ou résidences privées), selon la dernière enquête de l’Observatoire de la vie étudiante en 2020. Le réseau des œuvres universitaires et scolaires (les Crous) gère un parc de 175.000 logements étudiants répartis sur l’ensemble du territoire métropolitain et dans les départements d’outre-mer. Les Crous ont pour objectifs principaux de loger les étudiants boursiers de l’enseignement supérieur français. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche poursuit également un plan ambitieux de construction de 60.000 logements consacrés aux étudiants, initié sous le précédent quinquennat. Un plan qui n’a pas pu être pleinement exécuté en raison de la crise sanitaire et des retards suscités sur le marché immobilier. D’importants travaux de rénovation et de réhabilitation des résidences universitaires sont également en cours.

Repas à 1 euro pour les étudiants précaires maintenu

Lors de cette conférence de presse, il a été rappelé que le repas à 1 euro pour les étudiants précaires est maintenu toute l’année universitaire 2022-2023. Depuis 2020, près de 32 millions de repas ont été servis pour 1 euro à des étudiants boursiers ou bénéficiaires de l’aide annuelle des Crous ou identifiés comme précaires par les Crous. Le gouvernement a décidé de maintenir cette tarification spéciale toute l’année universitaire 2022-2023.

Aide à la mobilité Parcoursup

À noter également qu’une aide de 500 euros, cumulable avec d’autres aides, peut être accordée aux lycéens boursiers en 2021-2022 qui ont accepté sur Parcoursup une proposition d’admission pour une formation localisée hors de leur académie de résidence. L’aide peut aussi être accordée aux bacheliers bénéficiaires d’une bourse nationale de lycée ayant accepté une proposition d’admission dans leur académie de résidence, si elle permet de faciliter la mobilité.

Les Cordées de la réussite : de 80.000 en 2019 à plus de 200.000 à l’été 2022

Cette rentrée a par ailleurs été l’occasion de faire le point sur le dispositif Cordées de la réussite, en faveur de l’orientation des publics modestes vers l’enseignement supérieur et de la lutte contre l’autocensure. Le dispositif permet en effet d’accompagner les collégiens et les lycéens tout au long de leur parcours, avec l’ambition de réduire les biais sociaux, géographiques et de genre en amont de la procédure d’accès à l’enseignement supérieur. Sous la double impulsion des rectorats d’académie, mobilisés avec les établissements d’enseignement supérieur, et de l’abondement de l’enveloppe budgétaire consacrée aux Cordées par le plan de relance (10 millions d’euros), le nombre d’élèves est passé de 80.000 en 2019 à plus de 200.000 à l’été 2022, d’après les chiffres du ministère de l’Enseignement supérieur. Elles bénéficient à plus de 25.000 collégiens et lycéens scolarisés dans les territoires ruraux.

Campus connectés

Pour accompagner les étudiants à distance, 68 Campus connectés, qui ont accueilli plus de 700 étudiants, ont été ouverts à la rentrée 2021-2022. Ce sont des tiers-lieux portés par des collectivités locales, qui accueillent et accompagnent gratuitement des étudiants inscrits dans une formation à distance proposée par un établissement d’enseignement supérieur. Ils sont partenaires de leur région académique et d’une université de proximité. Ils mettent à disposition des étudiants éloignés des villes universitaires et de leurs antennes une offre de formation nationale à distance qui concerne le diplôme d’accès aux études universitaires (DAEU), 17 BTS, plus de 60 mentions de licence, des masters, des diplômes d’université, etc. À la rentrée universitaire 2022, 91 Campus connectés sont ouverts sur l’ensemble du territoire – métropolitain et ultramarin. Le développement de ce dispositif pourra accueillir 4.000 à 5.000 étudiants.

« Ne pas choisir entre chauffage et postes »

Concernant la hausse du coût de l’énergie à laquelle sont confrontés les établissements d’enseignement supérieur, la ministre les appelle, alors qu’ils construisent leurs campagnes d’emplois, à « ne pas choisir entre chauffage et postes » et assure vouloir « travailler à les accompagner en 2022 et dans la construction de leur budget de 2023 ». Sans parler de compensation, Sylvie Retailleau déclare que les établissements seront « accompagnés », « en particulier les plus fragiles ». Les contrats de plan État-régions constituent également un vecteur majeur de financement de l’investissement immobilier des établissements d’enseignement supérieur en lien avec les régions et les collectivités territoriales. Une part importante de ces investissements concerne la transition environnementale et énergétique.

Source

RELATED POSTS

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *